Comment valider sa reconversion ?

Une reconversion ne se fait pas sur un claquement de doigts ! Quand on décide de changer de métier (ou d’évoluer) les questions sont nombreuses : Suis-je sûr(e) de changer ? Le futur métier me plaira-t-il ? Ne vais-je pas me lasser ? Si vous vous posez au moins l’une de ces questions, cet article pourra vous donner les bases pour y répondre.

Est-ce le temps du changement ?

Il est loin le temps de nos parents ou de nos grands-parents qui suivaient une voie et qui s’y tenaient jusqu’à leur retraite. Aujourd’hui, nous sommes amenés à changer en moyenne 3 fois de métier dans notre vie ! Devant ce constat, il faut se poser les bonnes questions. En effet, ce n’est pas parce qu’il peut y avoir une lassitude que la reconversion est obligatoire. La question à se poser est donc la suivante : pourquoi changer ?

Les déceptions sont nombreuses : le manager qui n’est pas à votre écoute, une philosophie de l’entreprise qui ne correspond pas (ou plus) à la vôtre, un ou des collègues avec qui vous ne vous entendez pas, un travail trop répétitif… Il faut cependant détecter ce qui est de l’ordre du travail en lui-même et ce qui fait partie de son environnement. On peut faire le même métier de deux manières différentes selon l’endroit dans lequel on se trouve. L’une nous conviendra… et l’autre pas !

Si le travail en lui-même que vous faisiez ne vous plaît plus, le changement fait sens.

La reconversion, mais pour quoi faire ?

La reconversion nécessite un travail sur soi qui prend du temps. Il s’agit d’explorer des pistes et de ne pas se fier qu’aux belles histoires qu’on pourra vous raconter. On dit souvent que le plus beau métier du monde est celui de sage-femme (on dit maïeuticien pour les puristes 😉 ). Or, certaines conditions de travail peuvent aller à l’encontre de nos possibilités, qu’elles soient physiques, familiales ou personnelles : travail de nuit, tensions importantes, bébés ou mamans en détresse…

Il faut d’abord essayer de déterminer quelles sont les activités sur lesquelles vous vous sentez le plus à l’aise. Pour cela, vous pouvez partir de compétences professionnelles passées, mais également d’activités personnelles (sportives, passions…). A partir de cette première liste, vous pourrez essayer d’imaginer les métiers où ces activités sont majoritairement existantes.

Si vous ne vous sentez pas à l’aise, vous pouvez toujours vous faire accompagner dans cette démarche (bilans de compétences ou accompagnement au projet professionnel par Pôle emploi, par exemple). Certains tests peuvent également vous donner des pistes que vous aurez à explorer par la suite.

Faut-il négliger la validation ?

Une fois que vous aurez des idées, il faudra prendre le temps de valider votre reconversion ! Qu’est-ce que cela veut dire ? Il s’agit, dans un premier temps, de se renseigner sur les connaissances, compétences et qualités demandées par le métier en question. Ainsi, on dit souvent qu’un community manager doit avoir des qualités en écriture et en créativité. Il doit également être organisé et être à l’écoute de ses clients (internes ou externes)… et des communautés qu’il administre !

Or, les renseignements se retrouvent partout… et parfois n’importe où ! Il ne s’agit pas d’avoir une vision idéaliste du métier tel qu’il pourrait être décrit dans une annonce d’emploi. Au contraire, il faut pouvoir y voir quels sont les inconvénients du métier afin d’en avoir une vision globale. Des questionnaires métiers peuvent être une première approche. Vous pouvez proposer un questionnaire d’une dizaine de questions que vous soumettez à des personnes qui font le métier qui serait susceptible de vous plaire. Plus vous aurez de réponses et plus la vision en sera objective. Nous vous proposons d’ailleurs de rejoindre notre communauté sur Facebook afin d’avoir un échange qualitatif sur ce sujet.

Enfin, vous pouvez effectuer une période de mise en situation en milieu professionnel. Pôle Emploi propose ce dispositif pour faire un “Vis ma vie” sur le métier qui vous intéresse. C’est un stage d’immersion qui vous permettra de “vivre” le futur métier. Bien sûr, il n’est pas forcément toujours évident de trouver ce “stage”, mais l’avantage est de se mettre dans le bain immédiatement !

Un travail de longue haleine !

Tout cela prend du temps ! On considère aujourd’hui qu’un bilan de compétences salarié prend 24 heures maximum et un accompagnement Activ’Projet de Pôle Emploi se déroule aujourd’hui sur une période de 8 semaines. Or, dans ce temps, il n’est pas compté le travail personnel de réflexion obligatoire pour valider ou invalider les pistes évoquées.

Il en est d’ailleurs de même avec les formations en Community Management que nous proposons. En effet, LES métiers du Community Management évoluent et se spécialisent. C’est dans cette optique que nous avons créé des formations de base, mais également des enseignements de spécialisation afin que la reconversion, mais également la montée en compétence soient un tremplin vers une véritable évolution de carrière !

Enfin, et ce n’est pas une mince affaire, la question du financement reste à poser. Au vu des changements prévus sur l’année 2019, nous ferons le point sur les démarches à suivre lors d’un prochain article sur le sujet.

Scroll to Top