Certains secteurs sont particulièrement représentés sur les médias sociaux. Parmi eux : la mode, la cuisine, le design… qui offrent aux internautes de belles images, particulièrement appréciées et partagées sur la toile. Si l’immobilier ne propose pas toujours de belles images, la communication sur les réseaux sociaux peut lui être très utile. Nous vous proposons de découvrir pourquoi et surtout comment utiliser efficacement les réseaux sociaux au service du secteur immobilier.

L’immobilier sur les réseaux sociaux, pourquoi ?

L’immobilier a des caractéristiques propices à l’utilisation des réseaux sociaux :

  • Il touche tout le monde : acquéreurs, propriétaires, locataires, rêveurs… Les cibles de l’immobilier sont sur les réseaux sociaux, c’est indéniable. Le grand public est intéressé, comme le démontrent certaines émissions des grandes chaînes de télévision française.
  • Il est géo-localisé : cela rend la segmentation plus facile et certains réseaux sociaux permettent un ciblage très précis en fonction de ce critère.
  • Les recherches se font beaucoup sur internet : les futurs acquéreurs utilisent les sites internet connus tels que seloger.com, pap.com, leboncoin.fr, … Ils sont déjà sur internet et ont l’habitude d’utiliser ce canal pour leur recherches.
  • Les recherches passent aussi par le bouche à oreille : pour l’achat ou la vente d’un bien personnel, on fait en général d’abord appel à son entourage. Avec les réseaux sociaux, cela prend souvent la forme d’une publication sur son profil personnel « Je cherche… » ou « Je vends… ». L’immobilier ne déroge pas à la règle.

Quels objectifs ?

Il s’agit tout d’abord de promouvoir ses offres ainsi que son entreprise, mais également de trouver d’éventuels partenaires et de faire de la veille. La stratégie mise en place pour atteindre ces objectifs ne se limite pas  à de la publication d’annonces pure et dure. Les sites d’annonces sont déjà dédiés à cela.

Quels réseaux sociaux choisir ?

Nous avons abordé précédemment les réseaux sociaux de niche. Il en existe en immobilier, cela va de soi. Par exemple :

  • weroom : cette plateforme sociale met en contact des colocataires. On peut ici réellement parler de réseau social car les inscrits créent un profil et peuvent échanger. La plateforme, pour l’instant destinée aux particuliers (bien que des annonces d’agences passent), proposera dès le second semestre 2014 une offre dédiée aux professionnels, tout en conservant son modèle freemium. Ouverte début 2013, elle compte déjà plus de 7000 annonces de chambres dans les plus grandes villes françaises.
  • B to B immobilier : ce réseau social est un dédié aux professionnels de l’immobilier. Gratuit, il leur permet de veiller et d’identifier des opportunités de partenariats.
  • buzzimo : ce réseau social propose d’aider les internautes dans leurs recherches immobilières, en favorisant le bouche à oreille à travers la libre expression de l’opinion de chacun. De la même façon que les internautes vont témoigner sur les restaurants et les hôtels, ils témoignent ici sur leurs visites et peuvent poster des annonces.
  • et de nombreux autres…

Alors, vaut-il mieux miser sur eux plutôt que sur les géants ? La réponse est « ni oui ni non » ; s’il y en avait une toute faite, ce serait trop simple… Pour répondre à cela, nous vous proposons de regarder plusieurs paramètres à comparer :

  • la taille du réseau social : depuis quand est-il présent ? Combien d’inscrits compte-t-il ?
  • les profils :  quels sont l’âge, la CSP, la région, les besoins (achat, location, vente…) des inscrits ? Vous pouvez directement contacter le réseau social pour connaître ces données.
  • l’ouverture aux agences : propose-t-il des pages spéciales pour les agences ? A-t-il des offres dédiées ?
  • la présence de la concurrence : mes concurrents utilisent-ils la plate-forme ? Depuis combien de temps ? Semblent-ils obtenir des résultats ?
  • l’offre publicitaire : existe-t-il une offre publicitaire ? Permet-elle de cibler précisément les inscrits ? Quels sont les prix ? Quel ROI peut-on en attendre ? Pour ce point, n’hésitez pas encore une fois à contacter le réseau social.
  • les objectifs : le réseau est-il plus propice à l’échange, au partage, à la veille, à la recherche de partenariats ou à la promotion ?

L’avantage des réseaux de niche est qu’ils vous permettent de cibler des personnes directement intéressées par votre activité. Sur les plus gros réseaux sociaux tels que Facebook, vous pouvez néanmoins cibler de manière géolocalisée. Soyez toujours en veille en ce qui concerne les nouvelles fonctionnalités : Pinterest propose par exemple désormais aussi la géolocalisation. Rien ne vous empêche de tester plusieurs solutions pour voir la plus rentable.

Dans tous les cas, référez-vous aux questions évoquées précédemment pour faire vos choix. N’oubliez pas qu’une présence sur tous les réseaux n’est pas nécessaire ; mieux vaut en choisir moins en ayant une réelle stratégie pensée en amont, en accord avec vos objectifs, vos cibles, vos contenus et votre stratégie de communication globale.

Quels contenus proposer ?

Pour intéresser les internautes, la simple publication d’annonces ne suffit pas dans tous les cas. Voici une liste (non exhaustive) de contenus pouvant être proposés par une agence immobilière sur les réseaux sociaux :

  • Le conseil : la location, la vente ou l’achat de biens immobiliers soulèvent de nombreuses questions auxquelles un particulier ne trouve pas forcément de réponses. Une agence ou un agent qui propose des conseils construits de manière simple a toutes les chances d’attirer l’attention de ses cibles. Le conseil favorise la relation de confiance et donne de la crédibilité à l’entreprise. Il peut nécessiter le développement d’un blog dont les publications seraient relayées sur les réseaux sociaux. Mais il nécessite un réel engagement en terme de temps… A étudier !

conseil-immobilier

  • Le service additionnel : certains réseaux sociaux vous permettent de développer des applications. Profitez-en pour proposer un service additionnel aux internautes ! Par exemple, des données liées à l’environnement d’un quartier : est-ce un quartier sûr, y a-t-il des nuisances sonores… ? Un bon moyen d’attirer les internautes, à condition que vous fassiez la promotion de ce service additionnel !
  • L’image : l’image oui, mais professionnelle ! Il est prouvé qu’un internaute regarde plus une annonce immobilière si la photo qui y est associée a été prise par un professionnel. Certaines agences et certains sites n’hésitent pas à proposer aux particuliers une visite gratuite de photographe chez eux pour réaliser de belles photos : ils savent que celles-ci seront rentabilisées. Sur les réseaux sociaux, la belle image attire et est souvent partagée.

agence-immobiliere-pinterest

Ici, nous avons un exemple de page Pinterest pour un réseau d’agences immobilières. L’actualité du réseau, certains biens immobilliers et les agences sont mis en avant par l’image.

  • La vidéo : la vidéo et l’image à 360° permettent aux internautes de mieux visualiser le bien. Ils sont surtout utilisés pour les biens luxueux. Consultez pour cela l’application Bubblepix que nous avons découverte il y a peu de temps. 
  • Les témoignages : les agents immobiliers souffrent d’une mauvaise image dans l’opinion publique. Des témoignages mis en avant sur vos réseaux sociaux peuvent rassurer vos futurs clients. Pour prouver votre bonne foi, vous pouvez les réaliser sous la forme d’interviews vidéos.

Pour finir, nous vous invitons à découvrir un Scoop.it qui traite du webmarketing en immobilier et regorge d’articles intéressants ! N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience et de vos questions par commentaires.

Scroll to Top