Si comme nous vous suivez l’actualité des médias sociaux, vous n’avez sûrement pas manqué le lancement de l’application mobile Secret, réseau social anonyme disponible uniquement sur iOs aux Etats-Unis. Un nouveau genre qui semble prendre de l’ampleur…

Le réseau social anonyme, un anti-réseau social ?

Les réseaux sociaux anonymes sont en plein essor aux Etats-Unis. Il y a Secret.ly, le tout dernier aux allures de Gossip Girl, permettant de s’exprimer anonymement auprès des contacts de son téléphone mobile inscrits au service. Mais il y a aussi Social Number, ayant pour devise « Here, you are just a number », ou encore Whisper qui lui, fait payer les publications.

Alors que le réseau social s’est créé sur les relations interpersonnelles et l’expression de chacun de manière assumée, ces applications ont trouvé leurs publics. Des mobinautes qui expriment un « ras le bol » des géants, sur lesquels ils se sentent épiés ou ressentent l’impossibilité de s’exprimer librement, le risque de ruiner leur e-réputation planant au-dessus de leur clavier.

Phénomène de mode ou tendance profonde ?

Il est peut-être trop tôt pour le dire, mais nous pouvons déjà affirmer que d’autres réseaux sociaux dits de niche se sont développés en profitant des « failles » des réseaux sociaux leaders.

Suite au manque de réactivité de Facebook pour préserver l’intérêt des jeunes alors que leurs parents envahissent le réseau social, des services tels que Snapchat ou Ask prennent de l’ampleur. Certaines applications telles que Shots of me misent quant à elles sur l’impossibilité de commenter, pour éviter toute incitation à la haine.

Du côté des adultes, c’est plutôt la sécurité des données, le respect de la vie privée et l’opinion du recruteur qui inquiètent. Ces préoccupations profitent à des réseaux sociaux plus restreints et sécurisants comme Path, limitant le nombre d’amis à 150.

Pour éliminer la menace, Facebook s’est déjà offert Instagram, a en vain tenté de racheter Snapchat et s’offre aujourd’hui WhatsApp pour 19 milliards de dollars.

Les réseaux sociaux anonymes poussent le concept à l’extrême, mais soulèvent aussi la question de la véracité et de la responsabilité des propos tenus, les risques de diffamation étant réels. Nous restons pour l’instant sceptiques quant à l’acceptation et au succès des réseaux sociaux anonymes en France, qu’en pensez-vous ?

Scroll to Top