Isabelle Rocourt a intégré la formation « Devenir Community Manager » début 2015. Dix-huit mois plus tard, elle nous livre son bilan et des conseils précieux aux futurs Community Managers

Isabelle, qu’attendiez-vous de la formation de l’IMCI, lorsque vous l’avez intégrée ?

Je ne tenais pas à devenir Community Manager à proprement parler mais après 3 ans d’expérience en marketing opérationnel, je souhaitais approfondir mes connaissances sur les réseaux sociaux. Je voulais mieux comprendre comment ces supports permettent aux entreprises d’acquérir de nouveaux clients.

Qu’est-ce-que ces mois de formation vous ont le plus apporté ?

J’ai particulièrement apprécié la diversité des formateurs et les exercices de mises en pratique. Les deux m’ont permis de prendre conscience de la nécessité de rester à l’écoute quotidienne de cet univers. La veille est primordiale : ces réseaux changent tous les jours.

Quels conseils donneriez-vous à un futur Community Manager ?

Avant tout, je lui conseillerai de vérifier que ce métier est bien fait pour lui. S’il n’a pas les qualités requises, il court à l’échec.

– Avant tout, il devra être d’une grande adaptabilité. La routine, cela n’existe pas dans ce métier. Les horaires sont très variables d’une entreprises à une autre et les missions également (dans une petite structure, vous serez probablement amené à réaliser d’autres taches).

– La réactivité et le sang-froid sont indispensables et l’un n’ira pas sans l’autre.

– Enfin je l’inviterai à imaginer le métier des jardiniers, car il y a beaucoup d’analogie avec le métier de CM : un CM doit avoir une connaissance fine de son domaine, être organisé et faire preuve de patience. Une stratégie sur les réseaux sociaux ne fonctionne pas au 1er post !

– Enfin le relationnel est primordial : il faut savoir aller vers les autres : ses clients, ses prospects ; ses collègues, ses patrons. Si vous êtes trop introvertis, ce sera difficile.

Quels conseils pour trouver rapidement un emploi selon vous ?

Aucune recette miracle n’existe mais le marché de l’emploi est marqué par quelques tendances fortes tout de même :

1/ Avant toute chose, je conseillerai à un futur CM, de peaufiner son « personnal branding » :

– Quelles sont mes 5 compétences majeures ?

– Quelles sont mes réalisations ?

– Quelles sont mes atouts par rapport à d’autres candidats ?

2/ Une fois que vous avez répondu à ces questions, libre à vous de choisir sur quels supports les synthétiser. L’on dit que le CV est « mort » mais encore souvent demandé par les entreprises. Et laissez libre court à votre imagination : vidéo, flyer, site web, etc …

3/ Travailler votre storytelling, et choisissez enfin les réseaux sociaux pour vous faire connaitre (à minima Linkedin) et votre fréquence de publication.

4/ Ne négligez surtout pas le VRAI réseau : familles, amis, ex-collègues, voisins, after-works CM, conférences, associations … Il est primordial. Tous peuvent vous apporter des contacts précieux.

Prenez de leurs nouvelles, déjeunez avec eux, informez-les de votre projet, … et gardez en tête :

– qu’un service en vaut un autre

– et qu’il faut savoir donner pour recevoir !

Quels statuts choisir pour un futur Community Manager ?

Deux choix principaux se présentent :

1/ Les « Contrats à Durée Indéterminée » : se font de plus en plus rares mais vous trouverez encore quotidiennement des offres d’emplois pour y postuler

2/ Les contrats ponctuels :

L’intérim et le management de transition sont assez similaires : ces sociétés d’intérim apportent un service aux entreprises et vous recrutent pour une mission bien précise sur une durée définie.

Vous trouvez vous-même une mission :

  o Le statut autoentrepreneur : la gestion la plus facile mais plafonné à un Chiffre d’Affaires annuel de 32 900€

  o Le portage salarial : le fonctionnement est inverse de l’intérim ou du management de transition. Cette fois c’est la société de portage qui vous apporte des services (mise en relation avec ses membres ou clients, par exemple). N’hésitez pas à les challenger avant de choisir. Votre client contractualise avec elle, vous devenez alors salarié de la société de portage (à temps complet ou partiel) le temps de la mission, moyennant une commission versée à l’entreprise de portage et des services qu’elle vous apporte. L’avantage pour vous est de retrouver un statut salarié (bulletin de salaire, couverture sociale, mutuelle, etc) mais surtout d’élargir votre réseau.

  o Créer votre propre entreprise : à mon sens, la question se pose si vous avez déjà un nombre conséquent de contrats. En effet, le temps nécessaire à la création et à toute la partie administrative seront autant de temps que vous ne consacrerez pas à trouver de nouveaux contrats. Seul, il faut d’autant plus prioriser ses actions et gérer son temps. Les Chambres du Commerce et de l’Industrie organisent des ateliers très complets et à jour pour choisir la forme juridique et statut fiscal et social. N’hésitez pas à les consulter.

Quels sont vos projets pour 2016 ?

J’ai choisi en 2015 le management de transition et le portage salarial pour choisir d’intégrer, début 2016, un des leaders du Marketing Direct (Gocad Services). La formation de l’IMCI reste 18 mois après, très utile, pour conseiller nos clients sur les stratégies de génération de trafic online et offline (Gocad Services automatise des campagnes de marketing direct, personnalisées et multicanal).

Scroll to Top